Le cartable sain, rêve encore lointain   AFP


L'air des salles de classe est plus pollué que l'air extérieur. Un constat inquiétant pour la santé infantile que l'Ademe et la Gironde ont décidé de combattre en incitant parents et acheteurs publics à favoriser un cartable contenant des fournitures sans polluants, un rêve encore lointain.


"Par rapport à d'autres lieux de vie les concentrations en polluants mesurées dans l'air des écoles peuvent être  parfois plus élevées", écrit l'Observatoire de la qualité de l'air intérieur.
Les fournitures scolaires, tout comme les produits d'entretien ou l'absence d'aération, sont pointées du doigt et l'Etat a commandé une étude dans 300 écoles afin de disposer de données plus précises.


"Une année, les enfants sont arrivés avec des feutres qui sentaient bon", témoigne Alain Mathivet, directeur de l'école Saturne de Blanquefort (Gironde), associée au projet de "cartable sain". "Le problème, c'est que, renseignement pris, c'est très toxique", dit le directeur en soulignant que cette toxicité est en plus à multiplier par trente élèves dans un espace confiné.


Cette exposition pourrait ne pas être étrangère à l'explosion des allergies et de l'asthme chez les enfants qui est "la principale cause d'absentéisme des enfants dans les écoles", note Hervé Gillé, conseiller général PS de Gironde impliqué dans la mise en oeuvre du "cartable sain" à Podensac, où il est l'adjoint au maire.


Il existe trois labels écologiques officiels et des règles de base, par exemple que les colles ne doivent pas contenir de solvants; les crayons doivent être en bois, sans vernis; les marqueurs à l'eau, sans odeur et les gommes sans PVC.

Retour à l'accueil