CANNABIS
 

C’est une plante appelée communément chanvre. Nom latin : Cannabis.
2 variétés quasi identiques : cannabis sativa ou cannabis indica
Dans les campagnes en France jusqu’au début du XXème siècle, plante cultivée pour le textile : cordages, sacs, toile, etc.
Dans la plante, existe un principe psychoactif, c’est à dire modificateur de la conscience qui s’appelle le tétrahydrocannabinol, inscrit sur la liste des stupéfiants.

Définition : stupéfiant = substance susceptible d’induire un usage nocif ou une dépendance et inscrite sur les listes 1 et 2 des stupéfiants, établies par la Convention unique de 1961.

Le cannabis est une drogue, c’est à dire un produit toxique qui agit sur le cerveau, modifie l’état de conscience et le comportement, entraîne une accoutumance puis une dépendance.
Les drogues agissent en perturbant le système cérébral par le sang.

La concentration de THC est très variable selon la variété de la plante. Il y a quelques années de 3 à 7%. Aujourd’hui, suite à des manipulations génétiques, plus de 20%.

Le cannabis se consomme sous 3 formes : l’herbe ou majiruana ( ce sont les feuilles séchées) ou bien la résine appelée haschisch ou « shit » ou « H ». Plus rarement le cannabis se trouve sous la forme d’huile.

Pour se présenter sous une forme stabilisée et être « commercialisée », la résine du cannabis est coupée avec des produits plus ou moins toxiques tels que : cirage, paraffine, henné, excréments de chameau, excitants, opium, huiles de vidange, autres substances, etc.
Pas de « traçabilité », taux de THC ? Provenance ? Ou est le fameux « principe de précaution » ?

La résine pour être absorbée, doit se fumer mélangée, à du tabac dans une cigarette roulée appelée le plus souvent « joint » ou « cône ».

La dépendance cannabique associe donc la dépendance nicotinique également et multiplie par 4 les risques de cancers ORL.

EFFETS NEFASTES DU « H »

A) Effets aigus (immédiat à court terme) ou « ivresse cannabique »

1) Affaiblissement de la capacité d’apprentissage, perturbation de la mémoire
2) Détérioration de la performance psychomotrice (25% des accidents mortels de la route)
Temps de réaction, mauvaise appréciation du temps et de l’espace, incapacité à réagir dans les situations d’urgence. Ces effets peuvent durer 24 heures.

B) Effets chroniques

1) Affaiblissement de l’attention et de la mémoire
2) Démotivation. (le sujet n’a pas conscience de l’altération de son état mental)
3) Dépendance
4) Troubles psychotiques
5) Incitation à l’alcoolisme et à d’autres produits à risques
6) Schizophrénie (risque multiplié par 6)
7) Cancers…

Le cannabis agit sur :

1) La zone frontale du cerveau : les projets
2) L’hippocampe : la mémoire
3) Le cervelet : la coordination des mouvements, l’équilibre et la notion du temps

Contrairement à d’autres substances telles que l’alcool, par exemple, dont la demi-vie est de quelques heures, celle du cannabis est d’environ huit jours.
En clair, cela veut dire qu’une semaine après l’inhalation du dernier « joint », il reste stocké au niveau des neurones du cerveau, la moitié de la dose.
Ainsi, au bout de quelques semaines d’une consommation même hebdomadaire, le corps a fixé l’équivalent de plusieurs joints.

Une idée en passant : le cannabis n’est en aucun cas une « drogue douce », c’est une drogue lente !

Note du webmestre :  Je suis un ex fumeur qui a trouvé la Paix avec Dieu...

POURQUOI VIVAIENT-ILS SI LONGTEMPS ?
Retour à l'accueil