UNE SECTE APOCALYPTIQUE DE PLUS DE 12 MILLIONS DE MEMBRES
SÉVIT EN FRANCE, ENTRAÎNANT LE SUICIDE COLLECTIF DE MILLIERS D’ADEPTES


 Cette secte, particulièrement dangereuse, provoque tous les ans, à l’occasion d’un suicide collectif, la mort de près de 65.000 adeptes.

Cette secte, qui rassemble des hommes et des femmes de tous bords et même des adolescents, possède des ramifications dans les plus hautes sphères de l’Etat.

Elle entraîne ses adeptes à consommer régulièrement, plusieurs fois par jour, un poison particulièrement dangereux et qui provoque la mort par cancer en quelques années. Il s’agit d’un mélange complexe de nicotine, de goudrons et d’autres substances cancérigènes.

Pour convaincre les disciples d’absorber ce produit mortel (généralement par inhalation), les dirigeants avancent une idéologie pernicieuse qui laisse croire que l’absorption d’un tel poison apporte la maturité, la maîtrise de soi et la capacité à affronter la vie sociale avec aisance. Les jeunes, plus particulièrement, sont subjugués par de telles croyances et tombent par milliers dans le piège. Cette idéologie d’une extrême pauvreté, qui ne possède aucun idéal supérieur, aucune référence à une croyance spirituelle, n’offre aucun espoir dans l’au-delà.


Au moins certaines petites sectes apocalyptiques (qui ne tuent que quelques dizaines de personnes par an) proposent-elles un idéal de vie et une libération, par-delà la mort, vers un monde meilleur, ce qui n’est pas le cas de cette secte du poison universel bassement matérialiste. Ce poison est un piège, car il s’avère être finalement une drogue redoutable, qui ne lâchera plus jamais, jusqu'à la mort, le pauvre consommateur.


Comme toute secte, elle est l’œuvre de dirigeants cupides qui tirent avantage de leur pouvoir sur les adeptes. Son trafic leur rapporte chaque année plus de 50 milliards de francs ! Ce profit honteux est directement blanchi dans les caisses de l’Etat. Une véritable mafia au pouvoir s’ingénie à maintenir cette situation en bloquant la recherche scientifique à propos de la secte et de son poison et en mettant en place des actions de façade destinées à tromper encore davantage les adeptes et ceux qui le deviendront.

Les dirigeants de cette secte (à côté de laquelle le Temple Solaire fait figure de nain sympathique) sont passés maîtres dans l’art du cynisme, de l’hypocrisie et du double langage. D’un côté ils interdisent toute propagande pour leur substance immonde et vont même jusqu'à faire passer une loi dite " antitabac ", mais d’un autre côté, ils poursuivent la culture de la plante (Nicotiana Tabacum) qui leur sert de matière première, le raffinage du produit et la préparation des doses pour la revente.


Malgré les dizaines de milliers de suicidés chaque année, le trafic est maintenu et sur les dizaines de milliards de francs que ce trafic rapporte à la secte, celle-ci, n’en consacre qu’une somme infime pour la prévention et la recherche.

Face à un tel fléau, face à l’envahissement de millions d’adeptes consommateurs du poison, on ne peut que comprendre l’émoi et le malaise des rares personnes qui ont pu échapper à l’endoctrinement.


Devant cette menace, ne trouvant aucune aide auprès des pouvoirs publics qui sont eux-mêmes partie prenante avec la secte, il apparaît logique que certaines de ces personnes se tournent vers la croyance irrationnelle que des êtres n’appartenant pas à notre monde (venant de Sirius, par exemple), pourraient seuls les sauver.

La secte du poison est donc doublement dangereuse, et pour ses adeptes qu’elle empoisonne, et pour ceux qui n’en font pas parti qu’elle pousse au désespoir mortel face à un monde sali et les valeurs d’un matérialisme débile tout en les empoisonnant par pollution passive (le poison sous sa forme carbonisée se répand autour de l’adepte, attaquant les poumons de n’importe quelle personne innocente se trouvant à proximité, même les jeunes enfants et les bébés sont ainsi contaminés !).


Que faire face à une telle secte ? J’ai bien peur de n’avoir actuellement aucune réponse satisfaisante à une telle question. Je me demande même parfois s’il ne vaudrait pas mieux devenir moi-même adepte et ainsi ne plus jamais me poser de question. Il faut que j’y réfléchisse... E.L.


 


 


 

Poumon de fumeur

Retour à l'accueil