Vaccinations, je ne serai plus complice !
par le Docteur Méric.


Les insuffisances de recherches, les négligences des observations, le peu de sérieux des conclusions hâtives de médecins inféodés aux Laboratoires sont dénoncés avec force. Il apporte non seulement des témoignages, des faits irréfutables, des preuves évidentes des ravages vaccinaux, mais encore il porte des accusations sur nos “sommités universitaires” et leurs commensaux des “laboratoires internationaux” à la soif inextinguible de profits.


Le Docteur Méric démontre par ses observations irréfutables, l’apparition et l’augmentation des cancers par les divers vaccins. Il constate que tous les « vaccins vivants » injectés sur des populations de pays “en voie de développement”, ont conduit à une explosion, une épidémie du sida. Il signale à l’actif du B.C.G. et d’autres vaccins, la floraison des accidents allergiques, rhinites, asthmes, éruptions cutanées diverses. Un fameux « sérocoq », sérum « hyperimmunisé » de gamma globulines humaines anticoquelucheux, a provoqué, naguère, des asthmes, des dyspnées redoutables et mortelles chez de jeunes enfants. Le vaccin antidiphtérique a augmenté les cas de la maladie et les a rendus plus graves !


Pour la variole, son inoculation avec des vaccins à la composition inconnue et non stérile est un non-sens dénoncé dans ce livre. Véritable « bricolage », le vaccin antihépatite B, lancé précipitamment, sans étude sérieuse sur le marché, a diffusé le virus du sida par des lots contaminés, non détectables ou même suspects ! C’est l’horreur absolue. Grâce à ce vaccin, le virus de l’hépatite C, résistant au formol et à la chaleur, a été largement répandu dans les populations mondiales. « Il n’y a pas de possibilité de faire des vaccins vivants stériles. La stérilisation entraîne automatiquement la mort des virus vaccinaux. » Cette constatation logique du Docteur Méric résume le problème et condamne irrémédiablement les vaccins vivants, atténués ou non.


Ce livre est un outil essentiel dans ce combat gigantesque. La rigueur scientifique de son exposé, sa documentation étendue font de cet ouvrage un précis que toute personne confrontée à des vaccinations personnelles ou familiales doit connaître, avant de les subir. (Georges Broussalian)


VACCINATIONS, LES VÉRITÉS INDÉSIRABLES,
par Michel Georget.


L’expression « majeur et vacciné » traduit parfaitement le fait que les vaccinations sont depuis longtemps entrées dans les mœurs. Ces vingt dernières années, leur nombre s’est considérablement accru puisque le calendrier vaccinal officiel ne prévoit pas moins de quarante immunisations avant l’âge de 18 ans. N’est-on pas allé trop loin ? La récente campagne massive de vaccination contre l’hépatite B, en France, nous a donné l’impression désagréable que nous étions désinformés quant à l’authenticité de sa justification réelle. Malaise...La démarche scientifique de ce biologiste féru de vérité rend compte avec objectivité des multiples implications de ce sujet si sensible. Sa méthodologie rigoureuse d’enseignant (professeur agrégé de biologie) apparaît dans la construction du livre, selon une pédagogie qui répond aux questions essentielles :


Quelles sont les clefs pour comprendre le problème des vaccinations ? Quels sont les différents types de vaccins et comment sont-ils fabriqués ? À quels risques nous exposent les vaccinations ? Quels sont les accidents observés, vaccin par vaccin ? L’éthique du marché des vaccins n’est-elle pas déficiente ? Devons-nous réviser nos concepts ? Michel Georget éclaire de façon incontestable certaines zones obscures de ce qui touche, en nous, l’essentiel : notre santé. Nous devons ! À plus forte raison si nous avons des enfants. Mais aussi pour nous-mêmes, afin de pouvoir, pour les vaccinations facultatives, juger de l’opportunité de les accepter ou de les refuser et, pour les vaccinations obligatoires, obtenir la liberté totale de choix comme c’est le cas dans la plupart des pays européens.

 

POURQUOI VIVAIENT-ILS SI LONGTEMPS ?

Retour à l'accueil