Voici comment inverser l'arthrose

Après 50 ans, l'arthrose est le plus fréquent des problèmes articulaires : 9 à 10 millions de personnes en France sont touchées !

Cela commence un matin en vous réveillant : vous sentez une raideur dans une articulation. Une sorte de pointe en acier qui s'enfonce dans votre hanche, votre dos ou votre genou, en descendant les escaliers.

.

Brutalement s'effondrent certains de vos plus beaux rêves d'avenir.

.

Partir voyager en liberté ; jouer dans un jardin l'été avec vos petits-enfants ; ou simplement faire des activités manuelles, bricoler, vous promener près de chez vous sans cette douleur lancinante qui irradie dans votre corps et vous pousse à bout.

Mais l'arthrose peut aussi toucher la hanche, le coude, le poignet, les doigts, la colonne vertébrale.

La douleur s'éveille dès que vous pressez du doigt votre articulation. Peu à peu, votre flexibilité régresse. Vos articulations deviennent rouges, chaudes, enflées, parfois même déformées. Au moindre changement de température, vos souffrances empirent.

Problème : 76 % des arthrosiques traités par des médicaments jugent leurs douleurs handicapantes.

.

. Dans les profondeurs de votre cartilage, une catastrophe se prépare

.

Lorsqu'on parle de « douleurs handicapantes » pour 76 % des personnes traitées, cela signifie déjà que les traitements médicamenteux ne sont pas efficaces.

Mais il y a pire : plusieurs études ont montré que les antidouleurs contre l'arthrose aggravent la situation.

Ils accélèrent la dégradation du cartilage.

Le phénomène est d'autant plus vicieux que, dans un premier temps, le patient est convaincu d'aller mieux.

Il ne se doute de rien parce que le médicament a provisoirement masqué sa douleur.

Mais c'est une dangereuse illusion. Dans les profondeurs de son cartilage, ses os, ses tendons, une catastrophe se prépare :

Des médecins d’Oslo, en Norvège, ont suivi 186 patients souffrant d'arthrose de la hanche. 58 d'entre eux prenaient un médicament contre l'inflammation et la douleur, de l'Indocin, un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS). Aux rayons X, ils se sont aperçus que les personnes prenant de l'Indocin souffraient d'une détérioration bien plus rapide de leur hanche que les autres. Au Portugal, le Dr Antonio Lopez Vaz, de l'hôpital d'Oporto, a étudié un groupe de 48 patients souffrant d'arthrose du genou. Il a divisé le groupe en deux, donnant chaque jour, pendant 8 semaines, 1,5 g de glucosamine (un produit naturel dont je vais reparler) au premier groupe, et 1,2 g d'ibuprofène (un AINS) à l'autre groupe.

Au départ, les personnes qui prenaient de l'ibuprofène ont vu leurs douleurs diminuer plus vite que les autres. L'impression a persisté durant les deux premières semaines.

Mais au bout de huit semaines, non seulement leurs douleurs avaient recommencé à s'aggraver, mais elles étaient maintenant « significativement plus fortes » que celles du groupe « glucosamine » (le produit naturel) !!

Et ce n'était pas la fin du cauchemar pour eux.

.

. Des trous dans l'estomac qui saignent

.

L'ibuprofène, comme les autres AINS, peut être extrêmement dangereux administré sur le long terme.

Utilisés de façon continue, les AINS provoquent des saignements dûs à des trous dans la paroi de l'estomac et de l'intestin.

C'est une conséquence fréquente. Plus de 20 000 personnes chaque année sont touchées, rien qu'en France, par ces graves effets indésirables.

L'arthrose n'est pas comme le rhume ou la jambe cassée. Ce n'est pas un problème temporaire. Le point crucial n'est pas de vous soulager quelques jours ni quelques semaines.

L'important est que, dans 6 mois, dans 2 ans, dans 10 ans, vous ne finissiez pas en chaise roulante, ou immobilisé sur un lit d'hôpital.

.

. Solutions naturelles et efficaces contre l'arthrose

.

Heureusement, il existe des traitements naturels et sans effets indésirables contre l'arthrose.

Pas plus que les médicaments, ce ne sont des remèdes miracle.

Mais contrairement aux médicaments chimiques, ils permettent :

de réduire significativement le risque de douleurs causées par l'arthrose ; de réduire significativement le risque de séquelles liées à l'arthrose ; et ils peuvent même contribuer à faire repousser votre cartilage, un effet qu'aucun médicament chimique ne peut vous laisser espérer (au contraire, comme vu plus haut, les médicaments les plus souvent utilisés contre l'arthrose, les AINS, accélèrent la destruction du cartilage).

.

Voici comment inverser l'arthrose

.

Contrairement à ce qu'on raconte un peu partout, l'arthrose n'est ni définitive, ni inéluctable.

Ce n'est pas une maladie qui progresse forcément dans le mauvais sens. Ce n'est pas le cartilage qui s'use comme les pneus d'une voiture.

Et vous verrez : quand vous aurez compris le vrai mécanisme de l'arthrose, vous comprendrez – tout naturellement – pourquoi il existe vraiment une solution naturelle qui marche et vous permet d'espérer inverser votre phénomène d'arthrose.

.

. La véritable cause de l'arthrose (récemment découverte)

.

Comme l’explique le docteur Curtay, l’arthrose est un problème articulaire qui a longtemps été attribué à une usure du cartilage, cette substance blanche et légèrement élastique qui couvre les extrémités de vos os, leur permet de glisser les uns contre les autres sans frottement douloureux, et d'amortir les chocs.

Mais au début des années 2000, des chercheurs américains se sont aperçus que l'arthrose n'est pas causée par une usure du cartilage. Si c’était le cas, les sportifs seraient beaucoup plus touchés que les reste de la population, alors que c’est l’inverse.

L'origine réelle du problème, ce sont des cellules du cartilage devenues folles.

Normalement, votre cartilage est constamment renouvelé. Vous avez pour cela des cellules spéciales, appelées chondrocytes. Elles « digèrent » constamment le vieux cartilage et fabriquent des briques neuves afin que votre cartilage soit toujours bien épais, bien élastique, bien irrigué, bien protecteur.

Je suis désolé car le mot « chondrocyte » est compliqué. Mais je suis obligé de vous demander de vous en souvenir, car je vais le réutiliser de nombreuses fois.

.

Retenez bien dans un coin de votre mémoire :

.

Les chondrocytes sont ces cellules essentielles qui vous débarrassent de votre vieux cartilage et vous fournissent les matériaux pour en produire du nouveau. C'est grâce à eux que vos articulations peuvent rester bien flexibles, bien élastiques pendant des décennies.

Mais lorsque nos chondrocytes sont mal traités, ils deviennent fous, et vous allez voir que les conséquences sont terribles.

Avant de passer aux mauvaises nouvelles, je dois vous indiquer comment prendre soin de vos chondrocytes, et cela vaut même et surtout si la maladie a déjà commencé. Comment prendre soin de vos chondrocytes

Pour éviter que l'arthrose ne commence ou s'aggrave, il faut prendre soin de vos chondrocytes.

Pour cela, vous devez :

Leur donner l'oxygène et les nutriments dont ils ont besoin pour vivre et faire leur travail de régénération du cartilage. Les protéger des agressions extérieures. Les chondrocytes détestent les coups violents, comme tout le monde, et ils détestent les substances inflammatoires (cytokines, leucotriènes). Ainsi, lorsqu'une inflammation s'installe dans votre corps de façon durable, à cause d'une intolérance alimentaire, de l'obésité, ou d'un mode de vie malsain, vos chondrocytes risquent de tomber malades et de devenir fous.

.

Bien nourrir vos chondrocytes

.

Commencer par l'alimentation. Les chondrocytes se situent dans votre cartilage. Or, le cartilage a une particularité : il n'est pas irrigué par des vaisseaux sanguins.

Cela veut dire que les cellules du cartilage ne reçoivent pas d'oxygène ni de nutriments par le sang, comme les autres cellules du corps.

Leur nourriture se trouve dans le liquide synovial, un liquide qui ressemble à du blanc d'œuf et dans lequel baigne l'articulation.

Pour oxygéner et nourrir vos chondrocytes, vous devez faire pénétrer votre liquide synovial dans votre cartilage. Et pour cela, il faut que vous bougiez régulièrement. Car le cartilage est un peu spongieux (comme une éponge). Chaque fois que vous pressez dessus, un peu de liquide synovial circule en dedans et en dehors. C'est ainsi que vos chondrocytes sont nourris et oxygénés.

.

Les problèmes commencent lorsque :

.

Nous bougeons trop peu : télévision, travail de bureau, voiture, sédentarité. Nous ne sollicitons pas assez nos articulations. Les chondrocytes manquent alors d'oxygène et de nourriture, s'affaiblissent, tombent malades. Nous compressons excessivement notre cartilage : les personnes en surpoids écrasent leur cartilage. Comme une éponge mouillée sur laquelle on aurait posé un dictionnaire, notre cartilage s'écrase, expulse le liquide synovial et, à nouveau, les chondrocytes souffrent, manquent d'oxygène et de nourriture, et risquent de devenir fous.

C'est pourquoi il est important, pour prévenir l'arthrose, de faire fréquemment de l'exercice physique modéré, et de rester aussi proche que possible de votre poids idéal.

Mais nous avons vu que cela ne suffit pas forcément. Car il faut aussi éviter les coups et l'inflammation chronique.

.

. Protéger vos chondrocytes des coups et de l'inflammation

.

Notre cartilage est fait pour « encaisser » de fortes pressions fréquentes.

Vous pouvez sauter, danser, courir sans craindre de l'abîmer, bien au contraire. Toutefois, le cartilage n'est pas fait pour être écrabouillé violemment. En cas d'entorse, de chute à ski, au football ou au rugby, d'accident de voiture, de vélo ou de roller, le choc est tel que le cartilage s'écrase et reste durablement abîmé.

Là encore, les chondrocytes souffrent et peuvent tomber malades et devenir fous.

Les personnes qui ont eu dans leur jeunesse un accident de ce type courent de forts risques de souffrir d'arthrose. Il est particulièrement important qu'elles suivent les conseils contre l'arthrose que je donnerai plus loin. Plus elles commenceront tôt, plus l'effet sera fort, jusqu'à éviter toute douleur gênante.

D'autre part, les chondrocytes sont très vulnérables aux substances inflammatoires, qui les rendent malades. Lorsqu'une intolérance alimentaire, un excès de poids, un mode de vie malsain, un stress chronique, ou toute autre cause provoquent chez vous une inflammation chronique, vos chondrocytes souffrent et risquent de devenir fous.

.

À noter enfin que lorsque nous vieillissons l'activité de nos chondrocytes diminue naturellement.

Tous ces phénomènes sont graves. Bien plus graves que la simple douleur passagère qu'ils provoquent au début. Le terrible secret des chondrocytes devenus fous

En effet, un chondrocyte devenu fou ne cesse pas seulement de faire son travail.

Il se met, tel un forcené, à :

tuer les autres chondrocytes, attaquer les cellules saines de cartilage, empêcher les nouvelles « briques » de cartilage d'être fabriquées et mises en place.

C'est la terrible vérité. Aussi choquant que cela puisse paraître, les chondrocytes, cellules normalement programmées pour renouveler le cartilage, se mettent à faire le contraire quand elles deviennent folles : elles détruisent le cartilage existant, et empêchent le nouveau de se reformer.

Un cercle vicieux se met alors en place : plus l'arthrose s'aggrave, plus vous avez d'inflammation. Et plus vous avez d'inflammation, plus vos chondrocytes deviennent fous, et aggravent votre arthrose !!

.

. Erreur à ne pas commettre

.

Vous comprenez pourquoi la plus grave erreur est alors de prendre des antidouleurs.

Ils vous empêchent de ressentir le grave problème qui se produit dans vos articulations.

Mais jour après jour, le travail de sape se poursuit. Et plus le temps passe, plus les chondrocytes fous s'emballent et crachent des substances inflammatoires, accélérant leur besogne de destruction !

Et tenez-vous bien : ce sont bientôt toutes les autres parties de l'articulation qui sont attaquées. Vos tendons, vos os, le liquide synovial lui-même – qui en temps normal permet de lubrifier l'articulation – s'enflamment sous l'effet des substances inflammatoires qui se concentrent.

 

D'où les rougeurs, les gonflements, la douleur qui finit par être paralysante.

.

L'arthrose n'est PAS un problème anodin.

.

Vous devez tout faire pour la prévenir, ou la maîtriser si elle s'est déjà déclenchée. Des enjeux considérables pour votre avenir

Au lieu de fabriquer du nouveau cartilage, comme ils le font habituellement, vos chondrocytes devenus fous :

Détruisent le cartilage existant, en sécrétant des métalloprotéinases, bien au-delà de leur travail normal qui consiste à vous débarrasser du vieux cartilage. Même les cellules saines et neuves sont attaquées. Empêchent la formation des briques qui permettent de renouveler le cartilage ; ces briques sont le collagène et les protéoglycanes.

Attaquent les autres parties de l'articulation (tendons, os, liquide synovial) en produisant des substances inflammatoires agressives, les leucotriènes et les cytokines.

Maintenant que vous avez compris cela, vous réalisez l'importance cruciale d'un mode de vie sain, d'une activité physique régulière mais sans excès ; de conserver votre poids idéal. Il faut tout faire pour éviter que le cercle de l'inflammation ne se mette en route.

.

Et si ce processus est déjà enclenché chez vous, alors il faut :

.

stopper l'inflammation ; apporter à vos articulations les « briques » de cartilage que vos chondrocytes ont cessé de produire.

Le plan de bataille est donc clair et les premières mesures décrites par le docteur Curtay pour lutter contre l’arthrose visent donc à prévenir et à combattre cette inflammation, par tous les moyens possibles :

Lutter contre le surpoids, en adoptant les conseils de l’étude ADAPT (Arthritis, Diet, and Activity Promotion Trial ou « Arthrose, Alimentation et promotion de l’activité ») Prévenir les traumatismes mais aussi les micro-traumatismes : vous comprendrez notamment pourquoi les footballeurs sont les « meilleurs candidats à l’arthrose »

. Réduire le stress oxydatif, notamment en optimisant l’activité de nos mitochondries, nos mini « centrales énergétiques »

. Maintenir une activité physique régulière mais « non-traumatisante » afin d’alimenter le circuit d’entretien naturel de vos articulations.

Mais c’est, évidemment, loin d’être tout. Que faire en effet quand on est déjà touché par l’arthrose ?... Ou, tout simplement, que l’on vieillit ?

Car, avec l’âge, nos chondrocytes se font moins performantes. Elles ont donc besoin de plus en plus de soutien et d’être boostées.

Les premières expériences médicales menées à partir des années 2000 pour offrir aux patients atteints d’arthrose une alternative aux traitements à base d’AINS et d’antidouleurs ont eu des résultats sans ambiguïté.

Ces expériences (qui se poursuivent) consistaient à nourrir le cartilage et à rétablir le bon fonctionnement des chondrocytes. L’une de ces premières études a été menée en 2003 et montrait la supériorité du gingembre sur un placebo…

Depuis, les études se sont succédées, enrichissant et précisant la liste des choix nutritionnels adaptés, auxquels ajouter d’éventuelles complémentations.

.

. Ces plats oubliés si bons pour vos chondrocytes

.

Les cartilages de cochon, comme ceux de poulet, sont truffées de chondroïtine sulfate et de glucosamine, des nutriments très précieux pour nos articulations, contribuant plus spécifiquement aux capacités d’amortissement du liquide qui les entoure.

Mais quand avez-vous dégusté pour la dernière fois de délicieux pieds de porcs en vinaigrette ou du museau ? Vous faites-vous un délicieux bouillon de poulet au lieu de jeter la carcasse de votre poulet rôti ?

le zinc, qui permet de garder le cartilage jeune ; le silicium, pour la solidité et la résistance… les antigènes alimentaires de collagène non-dénaturé, aux effets antalgiques impressionnants, ainsi que pour le gain de mobilité ; Mais aussi les oméga 3, la vitamine C, le magnésium…

Sachez toutefois que cette liste de nutriments est extrêmement détaillée : vous découvrirez notamment pourquoi les catéchines de thé vert, les citroflavonoïdes, les polyphénols de grenade, le resvératrol et le curcuma ont des effets positifs chez les arthrosiques.

Ou encore comment l’açaï, une plante originaire d’Amérique du sud, qui s’est révélée il y a peu avoir de puissants effets antioxydants sur l’arthrose…

Ces protocoles ne prétendent pas être miraculeux, mais ils sont étayés par un nombre croissant de recherches scientifiques récentes dont les références vous seront également données. Mais surtout, elles vous prémuniront des effets secondaires – et contre-productifs ! – des médicaments.

.

Jean-Marc Dupuis

 

L'arthrose
Retour à l'accueil