Problème de peau… ou d’alimentation ?

.

 

« On n’y peut rien, c’est la puberté »

.

L’acné fait typiquement partie de ces maladies que tout le monde croit connaître. On croit qu’elle ne touche que les adolescents – et qu’elle va passer « toute seule ».

Mais la vérité est que l’acné peut évoluer sous une forme plus grave d’acné conglomata persistant chez l’adulte, provoquant des abcès et des fistules.

.

Pour la victime, c’est une vie à se désoler chaque matin devant le miroir, à fuir les contacts sociaux, à craindre à chaque instant le regard des autres.

On croit que l’acné n’attaque que le visage. Mais sous sa forme nodulo-kystique, elle peut toucher des parties beaucoup plus intimes et gênantes, comme la vulve.

 

On croit qu’elle se réduit à une éruption de boutons. Mais l’acné est associée à des maladies pénibles, comme l’embolie pulmonaire, les maladies cardiaques (athérome), le syndrome prémenstruel ou les ovaires polykystiques chez la femme.

On croit que ce sont simplement les hormones qui provoquent l’acné. Mais beaucoup d’autres facteurs, en particulier l’alimentation, entrent en jeu.

 

.

Du point noir au point jaune : quand la « cire » de votre peau s’emballe

.

 

Pour rester hydratée et souple, notre peau produit une « cire » naturelle : le sébum. Ce mince film gras est indispensable pour protéger la peau. Mais, parfois, les quelques 2 millions de glandes sébacées chargées de le sécréter s’emballent et en produisent trop. Ce n’est que le début…

Les vrais problèmes commencent quand le surplus de sébum se combine à un surplus d’acides gras saturés dans l’alimentation.

.

Les glandes sébacées se bouchent et forment des « lésions rétentionnelles », ou comédons, qui peuvent durcir et devenir des points noirs.

Si les défenses immunitaires de votre peau sont trop sensibles, une inflammation peut intervenir. C’est très facile à repérer : le point noir, sous l’effet de la bactérie Propionibacterium acnes, devient rouge.

. Si l’inflammation persiste, du pus s’accumule : de rouge, le point devient jaune. D’ailleurs, ce n’est plus vraiment un point, c’est une pustule… qui peut dégénérer à son tour en nodule, qui laissera sa place à une cicatrice une fois disparu.

.

Votre peau criblée d’impacts de mini « boulets de canon »

.

L’excès de sébum est comparable à une accumulation de poudre à canon. Tant que la poudre est protégée du feu, tout va bien.

Mais si elle est exposée à une étincelle, c’est la réaction en chaîne.

Et c’est là que le mode de vie et surtout l’alimentation sont déterminants. Ce sont eux, en effet, qui vont provoquer l’étincelle mettant le feu aux poudres : l’inflammation. Il y a d’abord les hormones du stress : la noradrénaline et le cortisol ouvrent les portes aux graisses, au fer et à la substance P, qui favorisent l’inflammation de la peau.

.

Ensuite, la consommation de produits gras et de sucres rapides : plus les graisses s’accumulent dans le sang, plus elles arrivent facilement jusque dans les glandes sébacées. Il y a donc des aliments à privilégier, d’autres à écarter absolument. Il y a des régimes alimentaires qui jettent de l’huile sur le feu et propagent l’incendie.

D’autres au contraire apaisent la situation.

.

La vérité sur le chocolat et le lait

.

Le rôle que joue tel ou tel aliment dans l’acné fait souvent l’objet de « on dit ». Chaque corporation (l’industrie laitière, la fédération des dermatologues, les vendeurs de cosmétiques ou de médicaments contre l’acné) diffuse des informations différentes.

Mais seules les recherches scientifiques rigoureuses permettent de séparer le vrai du faux. Le Docteur Curtay les a bien sûr passées au crible.

Par exemple, la rumeur a longtemps placé le chocolat noir sur le banc des accusés. On sait aujourd’hui qu’il est innocent. Il pourrait même atténuer l’acné !

.

Le chocolat noir à 74 % de cacao minimum est riche en polyphénols qui protègent la peau. Les vrais coupables de l’acné sont les chocolats industriels et les sucreries, qui font monter l’insuline et l’IGF 1 (une sorte d’hormone).

De même, le lait est un ennemi acharné de la peau. La raison est désormais prouvée : il active les récepteurs aux androgènes.

Les androgènes sont les hormones qui montent en flèche à l’adolescence. Elles donnent la peau grasse (séborrhée), et elles favorisent l’inflammation.

De plus, les produits laitiers sont riches en acides gras saturés. A ce titre, la liste des produits à éviter pour protéger sa peau est longue : huile de palme, crèmes glacées, pâtisseries… mais aussi les aliments sains pour les remplacer agréablement.

.

Comment neutraliser l’arme secrète de l’acné

.

 

L’acné dispose d’une arme secrète : le LTB4.

Il s’agit d’une molécule (leucotriène) qui favorise l’inflammation des boutons d’acné. Pour neutraliser le LTB4, vous devez augmenter votre consommation d’aliments anti-inflammatoires. Certains aliments en effet, stimulent l’inflammation. D’autres la calment.

Parmi ceux qui réduisent l’inflammation, le Docteur Curtay recommande les aliments et huiles riches en oméga-3, comme les petits poissons gras.

.

Mais attention les boîtes de sardines sont souvent polluées aux perturbateurs endocriniens !

Le Docteur Curtay rappelle ainsi que le PCB, interdit depuis 1987 en France, se retrouve 4 à 5 fois plus dans notre sang que dans celui d’un Américain !

 

Parmi les autres outils permettant de lutter contre l’acné, le Docteur Curtay détaille les dosages des complémentations que l’on peut effectuer notamment en zinc, en vitamine D, en magnésium…

.

Votre meilleur allié contre l’acné va vous surprendre

..

Que faire quand on a déjà de l’acné ?

.

Tout d’abord, donc, il faut absolument éviter de : percer ses boutons, car cela favorise l’inflammation ; se laver avec des savons du commerce, dont l’effet détergent prive la peau de sa protection lipidique. Utiliser des lotions anti-acné, qui combinent du péroxyde de benzoyde et ont un effet pro-oxydant et pro-inflammatoire.

Le premier et meilleur allié contre l’acné se révèle être le soleil. Il favorise la production de vitamine D et a un effet anti-bactérien.

Cependant, attention aux effets pervers dûs aux UV, qui ont un effet pro-oxydant et pro-inflammatoire : le Docteur Curtay livre ses conseils pour échapper à ces effets pervers.

 

L’un de ces conseils m’a moi-même surpris, puisqu’il s’agit du poivron rouge, riche en lycopène, un immuno-stimulant permettant de lutter contre les effets pro-oxydants des UV.

Le Docteur Curtay développe une longue liste de conseils que je n’ai pas la place de reproduire ici en détail, mais qui permettent de lutter contre l’acné de manière à la fois efficace et naturelle :

Un savon tout d’abord non liquide, et non contenu dans un flacon plastique bourré de perturbateurs endocriniens : un savon à l’aloe vera ou à l’huile de chanvre… Utiliser pour le nettoyage du visage une eau dont le pH est proche de celui de la peau (le Docteur Curtay vous livre des marques précises).

. Utiliser une lotion à base de propolis, un anti-microbien naturel produit par les abeilles.

Des compléments alimentaires à base d’oméga 3, de GLA, d’antioxydants, de nicotinamide et de probiotiques, pour lesquels le Docteur Curtay indique à chaque fois le dosage pour une cure déterminée.

Ne négligez pas la souffrance d’un adolescent couvert d’acné. Ne sous-estimez pas les effets psychiques ravageurs sur son bien-être, ses résultats scolaires, et les moqueries qu’il endure. De même, l’acné de l’adulte est une maladie en soi, et dont les conséquences sont lourdes quand c’est le visage qui est touché.

.

Jean-Marc DUPUIS

 

Retour à l'accueil